Paul Bowles

États-Unis

Figure atypique de la scène littéraire américaine de son temps, Paul Bowles (1910-1999), à la fois compositeur, romancier et écrivain voyageur, se confond avec l’histoire de Tanger où il a vécu de 1947 à sa mort avec sa femme, Jane Bowles, également écrivaine.

Il a énergiquement participé à la construction du mythe qui entoure désormais la ville du Détroit en y attirant bon nombre des personnalités littéraires de son époque : Truman Capote, Tennessee Williams, Gore Vidal, William Burroughs, Allen Ginsberg... mais également en contribuant à la transmission de la culture marocaine par-delà les frontières. En 1959, il fait des enregistrements de musiques traditionnelles berbères, en 1967 il recueille des contes de Mohammed Mrabet dans L’amour pour quelques cheveux et en 1973, traduit Le Pain nu de Mohamed Choukri.

C’est en toute logique que Tanger et le Maroc constituent l’univers mental de ses nouvelles comme Un réveillon à Tanger et de ses romans La Maison de l’araignée, Après toi le déluge et Un thé au Sahara. Ce dernier, sûrement le plus connu, a donné lieu en 1990 à une adaptation cinématographique par le réalisateur italien Bernardo Bertolucci.

En 2010, la revue tangéroise Nejma, éditée par La Librairie des Colonnes Éditions, a rendu un vibrant hommage à celui qui fait désormais corps avec l’âme de Tanger, ainsi qu’à tous les écrivains et artistes qui ont gravité autour de lui et ont reçu son soutien.

Ses livres

Fr

Nejma - Les heures d'un écrivain : Paul Bowles

10 € Disponible