Driss Chraïbi

Maroc

Écrivain marocain d’expression française, Driss Chraïbi (1926-2007) est, au même titre que Samuel Beckett et Le Clézio, un des auteurs francophones les plus importants du XXème siècle.

Dès ses deux premiers romans, Le Passé simple (1954) et Les Boucs (1955) qui ont fait l’effet d’une bombe dans la France coloniale et le Maroc en quête d’indépendance, il donne le ton d’une œuvre qui parvient à associer la violence polémique du propos au renouvellement des formes romanesques. Chimiste de formation, il s’en prend à l’hiératisme culturel et religieux de la bourgeoisie marocaine et lève le voile sur les destins écrasés des immigrants Nord-Africains, comme autant de processus matériels et minutieusement décomposables.

Cette œuvre protéiforme qui le conduira tour à tour vers l’autofiction engagée La civilisation, ma Mère !... en 1972, le roman policier série Inspecteur Ali et le roman historique mêlé de spiritualité orientale et berbère La Mère du Printemps, Naissance à l’Aube, L’Homme du livre, fait de lui un précurseur qui défriche presque toutes les potentialités du roman marocain moderne.

Et, s’il semble aller peu à peu vers plus de tendresse et d’humour, il n’en abandonne pas moins sa « rage de la justice » et cette nécessité de parler pour les étrangers dans leurs propres pays ; dédiant son œuvre entière, « comme autant de doutes salutaires dans les certitudes de la civilisation [...], à toutes les minorités qui, somme toute, sont la plus grande majorité de notre monde ».

Avec les traductions arabes de La Mère du printemps et Les Boucs, la Librairie des Colonnes Éditions essaie de redonner toute sa puissance à cette fureur souveraine sur le continent qui l’a vu naître.

Ses livres

Ar

La mère du Printemps

12 € Disponible